Bricolage

Le bricolage et l’impression 3D : l’apanage des makers et des grandes enseignes !

Comment envisager une collaboration entre impression 3D et enseignes d’ industrie intermédiaire de bricolage ?

L’impression 3D séduit le domaine du bricolage de façon inhérente. Favorisant le développement des « makers » sorte de bricoleurs des temps modernes, elle permet de développer l’autonomie des particuliers dans la réparation et la fabrication de pièces détachées. Une tendance qui ne favorise pas nécessairement les enseignes de bricolage et de même, des personnes peut initier au monde de l’impression 3D ne peuvent profiter des avantages de cette technologie.

C’est ainsi que certaines enseignes comme Leroymerlin ou Boulanger plus récemment proposent des alternatives et se repositionnent sur un marché en pleine évolution. Ces deux géants du bricolage proposent respectivement un TechShop (Fabshop géant) et une plateforme de fichier 3D destinée à la réparation d’objets issus des ventes de la marque. Leroymerlin permet ainsi, grâce à son Techshop, une mise à disposition de machines mais également de compétences partagées. Boulanger, de son côté partage des fichiers que les internautes peuvent directement imprimer de chez eux.

Des initiatives qui permettent de repenser l’impression 3D non comme une concurrente mais comme un nouveau moyen ouvrant les champs des possibles.

Aller plus loin avec les industries intermédiaires dans le secteur du luxe, du bâtiment, de la distribution mais aussi des musées. D’autres applications existent comme le design et la mode,  le sport, la robotique, le monde des jouets,le secteur alimentaire, le textile, l’optique, l’architecture, la bijouterie et horlogerie, le cinéma, le secteur du médical, la cartographie, les arts de table, le dentaire, la communication et marketing ainsi que la musique.